Alcool et tabac

Alcool et tabac : Emmanuel Macron prône davantage d’innovation de rupture

Le gouvernement Castex vient d’annoncer un plan quinquennal « musclé » pour la lutte contre le cancer… avec un focus sur les fumeurs et, à moindre mesure, sur les amateurs de boissons alcoolisées. Quelle différence avec les plans similaires pilotés par Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande ? « Davantage d’innovation de rupture », a déclaré Emmanuel Macron à l’occasion de son intervention à l’Institut du cancer (INCa). On fait le point.

Alcool et tabac : priorité à la prévention

« Je souhaite que la génération qui aura 20 ans en 2030 soit la première génération sans tabac », explique le chef de l’Etat qui souhaite activer tous les leviers de dissuasion possibles. La chasse aux fumeurs, en marche depuis des décennies, devrait donc connaître un nouveau coup d’accélérateur. Concrètement, nous devrions voir s’intensifier la hausse du prix du paquet de cigarettes, qui approche des 10 €. Aussi, les espaces sans tabac devraient inclure de nouveaux lieux publics comme les parcs et les plages. Il semblerait également que l’exécutif prépare des campagnes d’information plus musclées, avec des images « horrifiantes », croit savoir le journal Libération. D’un autre côté, le Président de la République souhaiterait également mieux accompagner les fumeurs qui souhaitent décrocher définitivement. Encadrement par des professionnels de santé ? Aide sur le financement des substituts au tabac ? Aucune mesure concrète n’a pour l’heure été annoncée. Rappelons que le tabac est à l’origine de 70 000 cas de cancer par an en France.

Pour ce qui est de l’alcool, le discours semble moins « virulent ». En effet, Emmanuel Macron semble suivre la formule célèbre de George Pompidou qui déclarait, au sujet des restrictions sur la consommation d’alcool : « N’emmerdez pas les Français ». Le Président avait même déclaré : « Moi, je bois du vin le midi et le soir ». Mais des concessions ont tout de même été apportées. Si le chef de l’Etat maintient que les variétés d’alcool produites en France appartiennent à l’art de vivre à la française, il souhaite « donner des repères à la fois plus visibles et plus lisibles sur chaque produit » pour mieux informer les consommateurs sur les risques encourus.

E-cigarette : l’Académie nationale de médecine et la politique du « moindre mal »

Depuis fin 2019, les acteurs de la santé publique en France semblent moins hermétiques à la cigarette électronique, en tant que dispositif participant au sevrage tabagique. Pourquoi fin 2019 ? La période correspond à publication du Baromètre de Santé publique France, avec un chiffre éloquent : la cigarette électronique a permis à quelque 700 000 fumeurs français de décrocher définitivement. Pour l’Académie nationale de médecine, les autorités sanitaires doivent adopter une politique du moindre mal, en encourageant les fumeurs à passer à la cigarette électronique, avant de décrocher définitivement. Voici les arguments avancés par les « Sages » :

  • Si elle contient de la nicotine, comme la cigarette classique, la cigarette électronique épargne aux vapoteurs l’inhalation de substances toxiques et potentiellement cancérigènes qui résultent de la combustion du tabac. Il s’agit notamment du goudron et du monoxyde de carbone.
  • La nicotine est la substance responsable de l’addiction de la cigarette traditionnelle… mais elle est loin d’être la substance chimique la plus nocive à l’organisme. Ainsi, la cigarette électronique « perpétue » l’addiction, mais à moindre impact sur le corps.
  • La cigarette électronique affiche une efficacité de sevrage supérieure à celle des autres substituts nicotiniques.

Toujours dans l’esprit d’innovation de rupture voulu par le Président de la République, de nouveaux dispositifs de vapotage embarquent un système d’intelligence artificielle qui calcule les besoins nicotiniques des vapoteurs pour leur délivrer la concentration minimale susceptible de leur apporter satisfaction. Pour outiller les vapoteurs, l’Agence nationale de sécurité des aliments, du travail et de l’environnement (ANSES) a développé une base de données accessible à tous et répertoriant la composition chimique de TOUS les produits de vapotage commercialisés en France, avec des mises à jour régulières. Vous êtes vapoteur ou souhaitez vous tourner vers la cigarette électronique pour faire un pas de plus vers une vie sans nicotine ? Pour acheter de l’e liquide, vous pouvez vous rendre sur ce site.

Auteur de l’article : La redaction

Avatar
Chez Santé Avenir, nous sommes passionnés par l'actualité de la médecine et des avancées sociales en tout genre. Nous avons sélectionné pour vous le meilleur des actualités de la santé, de la retraite, de l'aménagement et de la famille pour vous aider au quotidien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *